Dégradation de la zone technique de plaisance

Voici la lettre adressée à Madame Fouchault par un adhérent de l’Auppd à la suite de l’utilisation par ce dernier de la zone technique dans la journée d’hier (mercredi 18 octobre) :

Madame la directrice,
Ayant utilisé la zone technique plaisance en même temps qu’un autre adhérent pour l’entretien et le carénage de notre bateau, on a constaté une dégradation des conditions d’utilisation et de sécurité à savoir :
  • La porte coulissante d’accès à la zone coté plaisance reste ouverte dans les heures de travail,
  • Des véhicules de tout gabarit empruntent ce passage, du semi-remorque aux véhicules légers, ils transitent par ce passage pour accéder à la zone pêche et inversement et ceci dans le dos des intervenants plaisanciers qui travaillent sur leur bateau.
  • Le code d’accès de la zone pêche est inchangé depuis plus de deux ans, il est connu de tous.
  • Les vitesses relevées sont de l’ordre de 50 à 60 km/h, que ce soit par les gens du port ou non.
  • Un vol a été commis pendant midi hier, sur le bateau qui a coulé,
  • Des plaisanciers accèdent à leur bateau sur la zone technique avec leur véhicule.
  • Le quai prés du ponton de la plaisance est occupé par deux bateaux de pêche qui font leurs travaux, ce qui permet d’entrer dans la zone technique par ces bateaux quand le portail est fermé, les intervenants y stationnent en permanence sur le passage.
  • La zone de travaux que j’ai utilisée n’était pas nettoyée,
  • Les sangles de manutention sont toujours aussi sales etc.
J’ai fais part de ces remarques à Monsieur LAMBERT, il constate et se trouve impuissant devant cet état de fait surtout le problème de circulation, causé par l’état de la route (en sens unique pas pour tout le monde).
Je dois faire une mise à l’eau ce matin mais ne suis pas certain de retrouver tous les éléments de mon bateau.
Recevez, Madame la directrice mes respectueuses salutations.
Il est évident que tous les adhérents se joignent aux remarques et récriminations formulées par Nos collègues et nous souhaitons que cette lettre alertera les autorités du Syndicat Mixte et surtout fera bouger les choses.